Archives du mois de février 2013

Election de Nicole AMELINE à la présidence du Comité des Nations Unies ( www.u-m-p.org )

Lundi 11 février 2013

Jean-François Copé, président de l’UMP, se réjouit de l’élection de Nicole AMELINE à la présidence du Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes.

C’est la consécration du travail acharné mené depuis de nombreuses années par Nicole AMELINE, ancienne ministre de la parité et de l’égalité professionnelle, en faveur des droits des femmes.

La reconnaissance de son action est une immense fierté pour la France qui préside ainsi ce comité onusien pour la première fois depuis sa création en 1981.

Une fois de plus Nicole Ameline montre la voie en matière de lutte contre les discriminations et au nom de l’ensemble des militants et dirigeants de l’UMP, je la félicite chaleureusement !

Jean-François Copé

Président de l’UMP

Communiqué de presse cp_jfc_11_fevrier_2013

Vie du parti: 2014 et la reconquête des territoires, l’enjeu majeur de l’UMP ( source: www.u-m-p.org )

Lundi 11 février 2013

2014 et la reconquête des territoires, l’enjeu majeur de l’UMP

Poser ensemble les fondements de la reconquête des territoires perdus, préparer les municipales de 2014, comment construire l’opposition au niveau local et national, élaborer des propositions qui prennent en compte les changements de la société et des équilibres du monde, tels étaient les thèmes sur lesquels plus de 400 cadres locaux et nationaux de l’UMP, secrétaires départementaux, présidents de fédération, parlementaires, Responsables Départementaux Jeunes et Jeunes Actifs…  étaient invités à débattre et à échanger ce samedi 9 février avec l’équipe dirigeante de l’UMP réunie autour de Jean-François Copé.

L’occasion pour le président de l’UMP de souligner, en préambule, l’ « esprit positif » qui animait désormais  l’ensemble de notre famille politique affectée fin 2012 lors de l’élection à la présidence.

« Faire du passé une force positive et non une source de rancœur », a répondu en écho François Fillon. « La France a besoin de nous » et, à ses yeux, l’UMP doit montrer qu’une autre politique est nécessaire « parce qu’il faut un refuge aux espérances déçues de notre peuple ». Déplorant l’absence d’initiatives, de décisions, du Gouvernement pour organiser le sauvetage de la France au moment où elle s’enfonce dans les « marais de la récession », François Fillon déplore « l’apathie mielleuse de la gauche ».

Cette UMP « pleinement unie » à la  « confiance retrouvée » est pour François Fillon le « tremplin d’une ambition collective pour la France » qui doit passer par « un vrai travail de réflexion et de réconciliation », une « force capable d’entraîner les Français et de servir dignement la République ».

Une force qui passera nécessairement, pour Jean-François Copé,  par la reconquête des territoires perdus, première des priorités électorales de l’UMP  car, à ses yeux, « pour gagner 2017 il faut gagner 2014. Si nous ne sommes pas mobilisés comme jamais sur le terrain, si nous ne reprenons pas le leadership dans un certain nombre de communes, nous ne montrerons pas aux Français ce que nous sommes capables de faire.

D’où l’importance des municipales de 2014 qui doivent concentrer toutes nos réflexions et occupations ». En accord avec le comité politique, le bureau politique, l’UMP va lancer pour les prochaines élections locales, dont les municipales, le plus grand plan de recrutement et de formation jamais organisé par un parti politique en France.

« Une organisation énorme » convient Jean-François Copé et pour laquelle tous les cadres du parti vont être mobilisés. Pas une commune ne doit échapper à cette détection de candidats « dont certains ne savent pas encore qu’ils vont l’être » et à la formation qui va l’accompagner.

Cette reconquête s’appuiera sur l’une des grandes ambitions de notre parti, la « révolution civique ». « Si nous n’avons pas le pouvoir, nous avons des trésors de générosité, de talent, de créativité au sein de l’UMP », estime Jean-François Copé qui veut inviter les cadres de l’UMP ainsi que tous les militants à se « mobiliser au service des Français ». Aide à l’orientation, aide à l’emploi, soutien juridique…, les pistes sont nombreuses.

« Avec nos permanences nous avons des milliers de mètres carrés disponibles pour accueillir des gens, écouter, conseiller, agir pour tous les Français que la gauche néglige ».

Il s’agit de faire de l’UMP, à ce jour premier parti militant de France, le premier parti d’action civique au service d’une République fraternelle.

Une République qui est déjà abimée par les 8 premiers mois de présidence de François Hollande : explosion du chômage, explosion de la délinquance, baisse du pouvoir d’achat des Français, matraquage fiscal, blocage des investissements… « Tout cela créé un climat d’insécurité psychologique » analyse Jean-François Copé.

Face à cela l’UMP s’oppose fermement et propose. A l’image de ce qu’elle fait par l’intermédiaire de ses députés et de façon héroïque à l’occasion du débat sur le mariage et l’adoption des couples homosexuels. « Nous devons aller également dans tous les autres spectres de l’opposition », estime Jean-François Copé, faisant allusion aux domaines sociaux, économiques, régaliens, internationaux. « L’absence de message européen est indigne du successeur de tous les présidents de la République de la Cinquième République », juge Jean-François Copé.

D’où l’importance pour l’UMP d’avancer des propositions et la mise en place des Etats Généraux de l’UMP qui vont décliner, convention après convention, tous les sujets qui préoccupent les Français. « Notre objectif est d’égrener des idées concrètes, d’être capables en permanence de formuler des propositions pragmatiques.

Pragmatique,  innovant et proche des Français sur le terrain, pragmatique et innovant dans l’opposition, pragmatique et innovant dans des propositions qui répondent aux attentes des Français, tel est le fil conducteur de l’action qu’ont proposé Jean-François Copé et François Fillon à tous les cadres de l’UMP pour cette année 2013.

URGENT: Signature de la pétition CESE avant le 12 Février

Lundi 11 février 2013

Chers amis de la famille,

Un dernier coup de collier pour atteindre l’objectif de 500 000 pétitions…

Que vous soyez résident ne France ou à l’étranger, complétez, signez et postez votre pétition au plus vite dès demain !

Il en manque 65.000 pour que le CESE soit saisi.

Nous sommes tous concernés par l’avenir de la famille, en dehors de toutes questions politiques ou religieuses.

Je crois qu’il faut présenter cette pétition, non pas comme une opposition systématique à la loi,  mais comme la saisine du « Conseil Economique et Social et Environnemental » pour qu’il puisse étudier toutes les conséquences de cette loi, ce qui n’a pas été vu par les politiques. La saisine du CESE est suspensive de la promulgation de la loi.

La date limite a pu être repoussée de quelques jours. Imprimez la pièce jointe, photocopiez là.

Profitez de toutes les réunions, les contacts avec les commerçants etc.

Pour nos enfants et petits-enfants

Jean-Pierre d’Estienne d’Orves


Signature, avant le 12 février, de la pétition citoyenne (à diffuser auprès de vous)

Imprimez le document en pièce jointe, complétez le, avec votre adresse complète, signez le, puis l’envoyer par courrier timbré à :

La manif pour tous, 15 rue Pottier, 78150 Le Chesnay

=> Explications : il y a, dans notre Constitution, une 3° assemblée, le Comité Economique, Social et Environnemental (le CESE dont le président est Jean-Paul Delevoye, UMP).

Dès lors qu’il en est saisi, il doit donner son avis (consultatif) sur les impacts économiques, sociaux et environnementaux de tout projet de loi. Et la loi ne peut être promulguée par le Président qu’après que le CESE ait rendu son avis. Les avis du CESE ne sont rendus qu’après de nombreuses consultations et de longs mois (jusqu’à 18 mois/2 ans).

Parmi les modalités de saisie du CESE : une demande d’avis signée par au moins 500 000 citoyens !

Le Maire du Chesnay, Philippe Brillault, est un des porte-parole du collectif, mandaté dans le courrier, il se chargera de porter l’ensemble au CESE.

Avec le temps ainsi gagné, le projet de loi Taubira sera « rattrapé » par le projet d’Etats généraux sur la famille : la porte de sortie pour Hollande !

Le « désir d’enfants » des adultes…
L’égalité à tous prix des adultes au détriment de l’égalité des enfants…
Un projet de loi proposant d’instaurer un droit protégeant le plus fort au détriment du plus faible…
Le lobby d’une poignée d’idéologues et de militants LGBT imposant sa loi à tout un pays…
ET TOUT CELA SANS DEBAT NATIONAL !

Si vous n’êtes pas d’accord, alors signez !

Pièce jointe: Pétition CESE (2 sur 1 page)