Intervention de Joel BRUNEAU

Permettez moi tout d’abord de féliciter chaleureusement celles de nos collègues qui viennent d’être élues aux élections cantonales : Sonia de LA PROVOTE et Véronique LOUWAGIE.

Nous avons un double motif de nous réjouir : elles vont féminiser les assemblées départementales et elles appartiennent à l’opposition régionale.

Désolé, Monsieur le Président, le marathon routier que vous vous êtes infligé en début d’année à travers la Basse-Normandie en qualité de Guest-Star de campagne n’aura été payant ni pour votre camp, ni pour notre Région dont les dossiers sont restés en souffrance faute d’élus pour les porter…

Venons-en à cette assemblée plénière qui marque effectivement l’anniversaire de la première année de mandat. L’ordre du jour de la session est à l’image de ce que nous constatons depuis 1 an : dispersion dans les sujets abordés et plus d’affichage que d’action.

Avec en plus un point de méthode qui devient vraiment gênant. Commençons par cela. Lors de la dernière session, vous nous aviez remis sur table le document sur le Contrat de Plan Régional de Développement des formations Professionnelles. Cette fois, vous nous communiquez le livre blanc sur le Plan Stratégique Régional (91 pages) la veille de notre assemblée.

Alors de 2 choses l’une. Ou vous considérez que ces documents sont sans importance et vous le dites carrément. Ou vous considérez que les élus n’ont pas besoin de savoir ce que vous y écrivez et vous le dites aussi. En tous les cas, on ne peut continuer à travailler ainsi.

De même, vous nous soumettez rétroactivement une délibération sur une aide aux éleveurs pour l’achat de fourrage et sur laquelle vous avez déjà largement communiqué. Il me semble que l’ordre du jour de la session de février n’était pas si dense qu’il n’eut permis d’en parler.

Considérez-vous, M. le Président, que les personnes ici élues par les Bas-Normands, méritent-elles qu’on les méprise autant ?

Il y a un an presque jour pour jour, vous vous étiez engagé, ici même devant nous et la presse, à une présidence transparente. La première des transparences, c’est de discuter des dossiers en amont en commission et d’avoir les documents en temps et en heure.

Il fallait que ce soit dit et je vous invite solennellement à vous y tenir dès maintenant.

Pour revenir à cette première année de mandat, j’ai pour tout vous dire lu attentivement votre communiqué de presse. Il résume tout.

Premièrement, une majorité dont le seul ciment est l’opposition au Gouvernement. C’est le seul point, c’est vrai, où vous soyez à peu près sûr d’obtenir le consensus entre les différents groupes politiques de votre majorité ! Vous êtes unanimes pour dénoncer comme d’habitude le manque de moyens. Des moyens que la puissance publique n’a plus et que votre camp concède volontiers lorsqu’elle propose une augmentation d’impôts de 5,5 Milliards en cas de retour aux affaires en 2012…

Deuxièmement, la description d’un catalogue de mesurettes de toute sorte et d’importance très inégale exprimant cette dispersion de l’action régionale, ce saupoudrage consommateur d’argent public, sans efficacité réelle si l’on excepte bien entendu la quête de voix supplémentaires en vue d’élections futures…

Troisièmement, l’absence de 2 sujets majeurs pour notre région : emploi et TGV ! Dans votre communication, pourtant si bien huilée à l’accoutumée, à aucun moment, vous n’employez le mot emploi. Le sujet n’est pourtant pas anodin puisqu’il est au cœur de notre engagement politique à tous…

Comment est-il possible d’oublier cette thématique pourtant si centrale lorsqu’on tire les premiers enseignements d’une année d’action du Conseil régional !

Cet emploi qui est à la fois à la base de tout et la finalité de toutes les politiques et de toutes les stratégies de développement ne trouve donc pas grâce à vos yeux…

Vous auriez pu ainsi nous dire ce que vous comptez faire pour relayer en région le plan national de développement de l’apprentissage qui vient d’être mis en œuvre pas l’Etat et qui propose une mobilisation générale, au-delà des clivages politiques, pour gagner la Bataille de l’Emploi !

Vous auriez pu aussi nous expliquer comment vous comptez mettre en œuvre votre promesse de campagne de créer un dispositif de sécurisation des parcours professionnels.

Outre cet oubli coupable, figure également celui du dossier LGV. Un projet qui est, je le crois sincèrement, de rassemblement entre-nous parce qu’il est le sujet majeur qui nous redonnera de vraies chances de développement, ici, en Basse-Normandie.

Enfin, permettez-moi de conclure en m’étonnant que le dossier de la Réunification des deux Régions normandes, si cher à vos yeux en période électorale, ait une nouvelle fois rejoint les rayons de votre cave à promesses en attendant 2014. J’imagine sans mal la difficulté que peut avoir Monsieur TOURRET à avaler, une fois encore, son chapeau sur cette thématique…

Excusez- moi donc de rompre avec le message d’autosatisfaction que vous nous délivrez à l’occasion de cette année de mandat, mais il y a quelque chose de bien plus fort que les discours, les stratégies de communication et les négociations d’arrière-boutique avec vos amis de la majorité. Ce sont les faits.

Or, il y a un fait sur lequel je ne vous ai encore pas entendu communiquer. C’est que la Basse-Normandie perd des places. C’est que la Basse-Normandie sombre et que ses enfants la quittent de plus en plus. En 5 ans, nous sommes passés de la 16ème place en PIB par habitant au même niveau que Poitou-Charentes à la 19ème, talonnés par le Limousin et derrière la Corse.

Au sein des régions françaises, la Basse-Normandie s’appauvrit et c’est toute une population qui souffre. Il est temps de réagir et de parler des vrais sujets. L’opposition vous y aidera, faites-nous confiance.

Vidéo de la Séance au Conseil Régional 21/04/11