Jean-François Copé : « François Hollande programme le décrochage de la France » ( source: www.u-m-p.org )

Jeudi 28 Juin 2012 | Travail, économie, emploi

Jean-François Copé : « François Hollande programme le décrochage de la France »

Augmentation des cotisations des salariés et des employeurs pour financer la modification de la réforme des retraites, augmentation des charges des entreprises avec le coup de pouce au Smic, suppression de la détaxation des heures supplémentaires, annonce de nouveaux impôts et charges pour cet été… « Avec toutes ces décisions économiques, François Hollande est en train de programmer, hélas, le décrochage de la France ».

Lors du point presse hebdomadaire de l’UMP, Jean-François Copé a tenu à alerter les Français des graves conséquences que vont provoquer l’exécution de ces annonces. Mais également, fait aggravant, « la dégradation extrême des relations entre la France et l’Allemagne à l’initiative du président français ». Dans la mire de Jean-François Copé la multiplication des gestes de détachement de François Hollande envers l’Allemagne. Et ce à un moment où l’Europe a besoin d’un moteur central, celui de la France et de l’Allemagne. « Il s’agit là du premier passif du premier mois d’exercice des fonctions présidentielles de M. Hollande », observe Jean-François Copé résolu, avec l’ensemble des parlementaires UMP, à « engager une position déterminée pour poser des marqueurs, des avertissements  ».

« Nous voulons signaler aux Français tous les dangers qui menacent. Il y a les décisions économiques, la dégradation de la relation franco-allemande mais également les reculs régaliens en matière de justice (suppression des peines planchers, dépénalisation du cannabis…) et de sécurité.

Interrogé sur la volonté du ministre de l’Intérieur de régulariser les « sans-papiers » au cas par cas, Jean-François Copé a marqué son agacement. « On veut faire croire, ici, à l’Intérieur, à une certaine fermeté alors qu’il y a, là, à la Justice, laxisme. Les notions de régularisation au cas par cas, cela ne veut rien dire tant que ne sont pas définis les critères du cas par cas. Sont-ce des critères allant vers du laxisme ou vers de la rigueur », interroge Jean-François Copé pour qui les deux critères essentiels de la régularisation sont la durée de résidence et le logement. « Vont-ils être assouplis ou durcis » questionne encore Jean-François Copé pour qui il est important que l’UMP installe un « leadership d’opposition ». Pour prévenir les Français des dangereuses conséquences des décisions des socialistes. Mais également pour préparer dès aujourd’hui la reconquête de 2014, celle des territoires perdus, au travers des élections municipales, cantonales et régionales.